Juil 252017
 

De  l’adulation à la fustigation !    Confucius

R.O.C  ne s’est jamais prêté aux louanges dithyrambiques ou dénigrements systématiques d’un Président ou d’un gouvernement.

R.O.C dans le respect des institutions et des élections présidentielles a comme de nombreux Français acté le bouleversement politique suscité par l’élection du Président Macron et noté dans ses  discours la volonté de rompre avec les politiques timides ,démagogiques ou idéologiques des ses prédécesseurs.

R.O.C  demeure cependant  dubitatif quand aux  déclarations d’intentions du candidat et de son mouvement en marche « de vouloir exercer la politique d’une totale autre manière » !

Qu’en est-il après 2 mois de pouvoir ?

On peut retenir une représentation et une exposition médiatique quasi sans faute surtout sur le terrain de la  politique étrangère par  M.Macron, suscitant même la fierté de certains Français.

Et  patatras les faux pas attendus par les médias et les opposants politiques surviennent  inévitablement.

  • La correction publique de trajectoire de politique générale projetée par son Premier Ministre qui n’englobait aucune des promesses du candidat Macron (diminution de la taxe d’habitation, réforme de l’ISF). Cela témoigne d’un pragmatisme pour le moins véloce…

  • La polémique à propos du chef de l’armée le Général de Villiers a été comprise par tous comme un péché de jeunesse, une crise d’autoritarisme, une blessure égotique ou une maladresse. Toutes les hypothèses ayant été  exprimées  selon la rancœur de chacun et la sensibilité des adversaires (lire les rubriques de ROC).

  • La baisse des allocations logements de 5€/mois des étudiants non boursiers  (650000).

  • La confrontation face aux responsables politiques des communes et régions en tentant d’expliquer la baisse des recettes dues à l’allègement puis suppression de la taxe d’habitation et les économies à réaliser pour chacune d’elles.

RESULTATS : Dégringolade de 10 points dans les sondages passant de 63%  à  53% d’opinion favorable.

QUELLES EN SONT LES RAISONS ?

  • la baisse des allocations logements n’était pas listée au programme du candidat Macron… la décision soudaine n’a plus alors les vertus de légitimité aux yeux de l’opinion publique qui  sanctionne immédiatement.

  • Le cafouillage quand à la Loi sur la moralisation de la vie publique avec des reculs significatifs par rapport aux engagements du candidat ( casier juridique vierge pour être un élu, la réserve parlementaire ou Ministérielle) sans compter la mise à l’écart de François Bayrou.

Les sondages au deçà d’une certain chiffre (20%) n’ont jamais été considéré par ROC comme un indice sérieux de gouvernance. Mais on ne peut s’avancer à soutenir la thèse inverse car elle consisterait à glorifier la politique de son prédécesseur M. Hollande .

Les actions gouvernementales les plus efficaces sont celles qui ne brillent pas dans les éditoriaux des médias.

  • Ainsi le travail discret du Ministre de l’Education National qui en 2 mois a rectifié le tir d’une politique éducative controversée  de Madame Najaud Belkacem et plus encore de M. Peillon, en réhabilitant les classes de latin, grec et Allemand ,en proposant à la carte le retour progressif à la semaine de 4 jours, en supprimant l’accès aux Universités par un tirage au sort au nom de l’égalitarisme , enfin un de refonte de l’école primaire avec des classes de 12 élèves dans un premier temps sur Paris dans les zones défavorisées …

  • La purge de la haute fonction publique ,clé de toute réforme avec des individus  pouvant bloquer toute tentative de réformes. Le resserrement des conseillers experts de chaque Ministère (10 à Bercy au lieu de 35 sous M Hollande), la communication entre chaque Ministère pour éviter les pesanteurs.

On pourra toujours objecter que ces réformes vont dans le sens d’un excès  d’autoritarisme, de concentration des pouvoirs ou tout simplement d’un retour à une V  République originelle,elles assurent néanmoins une limitation des résistances à toute évolution.

Les quelques inquiétudes de R.O.C se focalisent sur certaines décisions tout aussi discrètes ne faisant pas la une des médias.

  • Après la grogne de l’armée , la réduction de son budget 2017  et ses conséquences sondagières , l’annonce  soudaine non prévue de 1.3 milliards d’€ de crédits débloqués  par miracle !

  • La rallonge discrète de 450 millions € pour proroger la fin de 70 000 emplois aidés dont on connait l’inefficacité au risque de les retrouver dans les statistiques du chômage ! Il faut noter la « discrétion » sur ce sujet quand aux projets du candidat Macron.

Voilà de mauvais présages quand à la volonté du Président de « faire de la politique autrement » .

On observe des changements de pratique mais déjà aussi l’utilisation des vielles recettes. Le véritable tournant de la confiance se scellera ou pas après l’examen de la teneur de promulgation des Lois sur les modifications du code du travail déjà longues à prendre effet et la détermination du Président face aux diverses levées de bouclier ; Ou une réelle réforme efficace émergera sans humiliation d’aucun camps ou une réformette surnagera plombante pour le quinquennat et l’économie française.

Nous sommes cependant gré à ce Président à ne fustiger verbalement aucune catégorie de citoyens dans une pensée apaisante très ricoeurienne.

Confucius

Trois nouveaux articles : l’un sur les impacts économiques d’une Exposition Universelle à Paris/ Une réflexion pertinente sur les propos populistes écologiques du Ministre de l’environnement / un questionnement sur la diplomatie de M.Macron.

Nous vous proposons des analyses aux signatures reconnues extraits des  journaux le Figaro,Libération ,Le Monde, les échos, L’Obs, l’Express,Marianne…