Jan 132015
 
Vous avez tout lu, tout entendu ou presque sur ces journées dramatiques du 7 Janvier et celle du 11 Janvier 2015 que le journal « Le Monde » a qualifié « d’une journée pour l’histoire » « jour de concorde nationale »
Les manifestants de ce 11 Janvier avaient le besoin impératif citoyen de se retrouver ensemble ,de récupérer une identité nationale ,de s’unir au-delà de leurs différences politiques, religieuses, sociales , que seule une transcendance par les valeurs de la République pouvait dépasser ce sentiment d’étouffement qu’ils ressentaient depuis des années dans une société en délitement économique, moral entretenue par des politiques plus démagogues les uns que les autres , par  des pamphlétistes défaitistes sur l’avenir de notre société et les repentants permanents de notre histoire de France ou défenseurs du communautarisme et relativisme culturel.
Manifestation qui fit office de catharsis. Manifestation de conjuration de la terreur, certes prévisibles mais qui n’ont de prise de conscience que lorsqu’ ils  touchent le réel. Les Français ont compris le danger, les buts et objectifs politiques des commanditaires djihadistes de faire diminuer les tolérances des démocraties vis-à-vis des musulmans, pouvant fracasser une cohésion nationale.
La France a marché avec plus de 3 millions de manifestants, dignement, sans signe ostentatoire d’appartenance politique, contre la barbarie, dans un silence ponctué d’applaudissements ou de slogans  « je suis Charlie, je suis flic, je suis juif », sanctifiant ainsi  la liberté d’expression, la Liberté, réalisant ponctuellement une Fraternité bien oubliée ces dernières années, phagocytée au nom de l’égalité et des valeurs communautaristes.
Le Président Hollande a réussi la gageure de réunir 44 chefs d’Etat dont certains n’avaient peut-être pas leur place .Un Président ayant parfaitement orchestré la mise en scène, sobre, mue simplement par des gestes symboliques d’affection et de compassion .En tirera-t-il parti ? Il y croit …mais c’est de bonne guerre.
Les extrêmes de droite et de  gauche bien que partageant l’émotion et l’indignation se sont isolés volontairement au nom d’une exclusion maladroite et d’une méfiance de récupération politique.
Les diversités noirs et  beurs de citoyens parfaitement intégrés  à la société française à la République se sont joints avec les citoyens athées, catholiques, juifs, musulmans…Les jeunes de banlieues ont dramatiquement déserté.
Au-delà des manifestants de nombreux français ,la majorité, de toutes sensibilités ne se sont pas impliqués dans ce défilé, pour certains réfractaires au slogan « je suis Charlie » trop restrictif, pour d’autres conscients d’une hypocrisie certaine, d’autres d’une crainte de récupération politique, de musulmans se sentant  offensés par les dessins de Charlie, de désabusés convaincus que passer la charge émotionnelle rien ne changera …Ils n’en demeurent pas moins tous républicains au nom de leur liberté d’expression.
Les futurs débats politiques, religieux, sociétaux  ne manqueront pas, ils seront nécessaires.
Certains attendent un renforcement sécuritaire, les autres le redoutent.
Le Président Hollande joue gros. Sorti des  hommages aux victimes, des discours patriotiques c’est  le dépassement des mots qu’attendent les Français.
Alors quels actes ?  Y’a qu’à, faut qu’on…
Hormis les ajustements nécessaires techniques sécuritaires et autres création de fichiers spéciaux , conséquences des dysfonctionnements de coordination des services de renseignement, les Français attendent des actes fondateurs  « d’un vivre ensemble ».
Ce « vivre ensemble  » s’articule autour de 2 acteurs principaux : L’Etat français /la communauté musulmane française/
Car  le danger décrié est tout autant intérieur qu’extérieur.
Les ennemis  intérieurs   / Ce sont souvent les plus dangereux et difficiles à identifier. Ce ne sont pas les seuls renforcements de présences policières ou militaires aux portes des écoles et édifices publics,les garde du corps multiples qui suffiront et  engendreront ce sentiment de sécurité au nom d’un «  vivre ensemble » invoqué si souvent.
Ce ne sont pas seulement les mesures de chasse aux slogans antisémites ou prédicateurs de haine, dans la rue ou sur internet ou les isolements des radicaux en prison qui suffiront à stopper la dérive sociétale de Français musulmans radicaux et délinquants.
Le vivre ensemble : Nul besoin d’un arsenal législatif,  judiciaire, policier supplémentaire sinon quelques ajustements refusés il y a 3 ans par l’opposition désormais au pouvoir .Nul besoin d’une surenchère verbale pour une déchéance de la  Nationalité qui ne sera jamais ou peu appliquée.
Pour vivre ensemble, il est nécessaire que tous les citoyens de France aient ce sentiment de Justice par l’ observation des Lois si souvent bafouées et dont l’irrespect ou la violation restent trop souvent et depuis longtemps impunies, voire excusées et légitimées encore aujourd’hui. Cette injustice vécue quotidiennement affaiblit  la République, éloigne la confiance des Français envers l’Etat. Nul besoin de Lois supplémentaires seulement leur application stricte.
C’est lorsque cet Etat rétablira cette Justice applicable à tous que la confiance des citoyens réapparaîtra et seront en mesure de réagir face aux exactions. Voilà ce qu’attendent les Français ; Les dernières Lois Taubira vont-elles dans ce sens, ne sont-elles pas en contradiction avec les velléités répressives policières du Premier Ministre? L’avenir très proche nous le dira.
C’est un un vivre ensemble sécuritaire qui engendrera l’empathie citoyenne, l’hommage inattendu aux forces de police en est la preuve.
A l’école ce ne sont pas les maigres heures de morale laïque ou du carnet de laïcité de Madame Belkacem  qui vont transformer les mentalités, rétablir l’autorité, assurer les savoirs.Les enseignants devraient être en première ligne pour déconstruire « la théorie du complot occidental » véhiculé dans les quartiers difficiles.
Mais c’est bien au sein de la famille que les valeurs morales s‘édifient et qu’elles font défaut .Que faire ?
C’est donc à nos politiques, à nos gouvernements de donner des signaux forts du redressement moral. Abandonner leur lâcheté ou aveuglements idéologiques, naïfs, angéliques, la culture de l’excuse ,face aux innombrables incivilités  véritables  terreaux des futurs candidats au djihad anti -occidental, s’épanouissant dans les  zones de non droit de trafic de drogue et d’armes.Tous ces terroristes ont un casier judiciaire de délinquant, édifiant.
Lutter contre les abandons des politiques face au communautarisme des banlieues bastion en puissance des extrémistes.
Ce ne sont pas les imprécations citoyennes du « pas d’amalgame » trop abstrait qui changeront les regards. Ce sont surtout des réflexions  indispensables de l’Islam de France afin de poser les bases d’une pratique et  compréhension d’un Islam compatible avec les Lois républicaines. Un islam qui ne doit plus tolérer des imams autoproclamés.Un islam qui doit se situer dans une posture différente de celle pratiquée au Moyen Orient. Car comment comprendre que bon nombre de musulmans en France  (« pas en mon nom ») interprètent certaines sourates du Coran ou Hadiths du prophète comme message de paix et d’amour tandis  que d’autres le saisissent comme directive  de guerre et de mort ?
Mais aussi réflexions critiques des citoyens Musulmans français à propos de l’attitude prosélyte de certains des leurs ,adeptes de la non-violence mais qui désirent vivre leur spiritualité comme un code comportemental sociétal ,juridique et économique qui leur parait authentique et qui tentent quotidiennement, insidieusement, lentement mais sincèrement d’imposer la vision de leur Islam très certainement adaptée à la culture orientale mais insoluble en Démocratie.
Déjà en Grande Bretagne ,Canada,Etats Unis des intellectuels musulmans travaillent sur une « révolution de l’islam » en revisitant les textes du Coran,des hadiths, de la charia ,bien que figés depuis le XII siècle.
On mesure en l’absence de clergé, dans un contexte de guerre des différents islams au Moyen Orient ( Wahabisme ,chiisme,EI) de  la difficulté de la tâche.
Lucidité est de constater que : Tous les jours sur notre territoire, les droits des femmes musulmanes au sens Républicain sont bafoués, tous les jours des régimes alimentaires des cantines sont imposés au nom d’un Islam, tous les jours les directives sanitaires dans certains abattoirs sont hors la loi ,tous les jours les incidents se succèdent dans les  hôpitaux à propos du choix sexiste des thérapeutes , tous les jours les insultes fusent au sein des écoles envers des élèves ,des Enseignants sans que les rectorats ne bougent , tous les jours le port du niqab provoquent les passants et la police sans que personne ne bronche, tous les jours les incitations à la haine de notre Pays fusent au travers des chanteurs rappeurs protégés jusqu’au Ministère de la culture, tous les jours nous observons tous passivement ces incivilités et agressions verbales dans les transports publics …
Toutes ces déviances impunies mènent de la délinquance à l’extrémisme religieux. On peut qualifier ces désordres récurrents de terrorisme intérieur engendrant la peur de représailles instantanées par la violence. Qui d’entre nous oserait  intervenir face aux insultes verbales ou physiques ?
C’est au monde musulman français de s’exprimer, leur citoyenneté les contraint à se faire entendre, à faire de la pédagogie au sein des leurs mais aussi pour les non musulman. Mais leur trop grande absence, leur discrétion est préjudiciable à la perception de leur religion, à sa place dans la laïcité.
Enfin il faudra très certainement réviser la politique migratoire et les conditions de naturalisation, sujet de clivage sociétal et politique exacerbé.
Réfléchir sur l’échec de notre « modèle d’intégration » en l’adaptant aux réalités migratoires de notre Siècle.
N’est ce pas le moment de réfléchir aux limites de la liberté d’expression,les limites de l’humour et de l’atteinte à la dignité et de la sphère privée ? Car vivre ensemble c’est faire cas de la limite de nos différences de pensées, de culture. Quoiqu’il en soit les terroristes nous ont coincé,soit on poursuit  les caricatures et on poursuit la flambée de haine au Moyen Orient soit on les censure et nous capitulons face aux menaces !
Car le vrai courage désormais que la mort a frappé se situe dans la poursuite des satires ,caricatures et autres critiques.
 Les ennemis extérieurs sont combattus par nos forces armées expérimentées et dépassent l’information du citoyen. Faisons leur confiance !
Le  Président de la République s’est déclaré en guerre en décidant d’annuler  les coupes de budget militaire modifiant ainsi les priorités économiques de l’instant. Mais le prix à payer  ne sera-t-il pas  celui d’une stagnation économique qui élargit le champ du recrutement terroriste !
Nous sommes encore trop seuls en Europe à nous engager sur tous les fronts djihadistes, est ce supportable sans une participation financière massive de nos partenaires européens ?
Nous aurions éliminé 800 djihadistes au Sub sahara ,faut il s’étonner des représailles terroristes ?
Rechercher le bon compromis entre la recherche de l’amélioration de notre commerce extérieur par la vente de nos rafales et tanks à l’Arabie Saoudite et autres théocraties  et le financement par ces Etats du terrorisme islamique international !
C’est bien des propositions sur tous ces sujets et bien d’autres que les Français espèrent du Président de la République …
Ben oui, y a qu’à, faut qu’on …au risque de …
CONFUCIUS

MOURIR POUR DES IDEES …

 Archives des rubriques du mois  Commentaires fermés sur MOURIR POUR DES IDEES …
Jan 082015
 

Au-delà de tous les mots d’indignation et d’horreur que nous partageons, suite aux attentats perpétrés par des islamistes fondamentalistes terroristes c’est le cœur même de la République française, de l’Etat Français qui est atteint ; coup double pour un système totalitaire théocratique qui a tenté de museler la Liberté d’expression, la Liberté tout court fondement de notre Nation en exécutant de sang-froid  des journalistes et des membres des forces de l’ordre.

Coup politique qui a dans un premier temps par l’abomination suscitée a réveillé la conscience citoyenne par des mouvements spontanés et salutaires  d’indignation dans les rues.

Les menaces ne sont pas d’hier, de nombreux signes annonciateurs se sont traduits par des assassinats de Français ou autres citoyens occidentaux hors de nos frontières que tous les pouvoirs ont tenté de minimiser en restituant ces exactions en les rapportant à des causes rassurantes ,soit comme actes isolés soit comme l’œuvre d’illuminés.

Certes l’Union Nationale est de circonstance et le Président de la République s’y emploie dans ce jour de deuil National mais il est nécessaire qu’elle ne soit pas que de façade et qu’au lendemain de cette période indispensable  achevée ,chaque paroisse politique ,associative ne s’accapare ne s’octroie son petit discours moralisateur, culpabilisateur , complaisant ou à l’inverse rempli de haine et de stigmatisation .

L’angélisme ou la naïveté vis-à-vis de l’Islam radical sur notre sol ne doit plus être de  mise.

Le but politique des commanditaires de ce terrorisme est de fracturer la société française en exacerbant le réflexe de vengeance au dépens d’une communauté musulmane dans son grand ensemble paisible dans la pratique de son culte que  ces mouvements terroristes n’hésiteront à sacrifier comme bouc émissaire.                                                                       On peut discerner dans un proche avenir 3 risques ;

Le premier risque aux lendemains de ces crimes sera de prévenir la contagion, la forme d »exemplarité mortifère » que ces actes vont susciter ;

La responsabilité en incombe à nos services de police, de justice et en grande partie à la communauté musulmane qui  devra pour son avenir serein au sein de la République et y montrer ainsi sa solubilité, se démarquer et affirmer ostensiblement son rejet et dégoût à cette déviance religieuse .Il parait indispensable que toute cette  communauté  manifeste massivement dans la rue dans les plus brefs délais son rejet à cette vision de mort du Coran et son adhésion aux principes de notre République.

Les vrais républicains les soutiendront.

Les seules voix offusquées et apaisantes de Mr Boubaker ou quelques imams de culte musulman de France ne suffiront pas.

Notre tradition républicaine incite à descendre dans la rue pour démontrer la vivacité de notre Démocratie bien trop apathique cependant.

On connait les difficultés de la religion musulmane constituée sans clergé et livrée aux seules discours des prêches du Vendredi aux tonalités diverses sous peu de contrôle.

Le deuxième risque est celui de la polémique journalistique et politicienne avec les partisans d’une complaisance vis-à-vis de cet Islam assassin trouvant toujours une excuse à leur radicalisation, conséquence d’un Occident meurtrier ,colonialiste ,capitalisto libéral humiliant une religion incitant un islam bafoué à réagir par l’extrême . A ce propos nous vous invitons à lire les propos du journaliste Edwy Plénel aux formulations des plus ambigus. Et d’autre part par l’exploitation haineuse d’une stigmatisation d’une communauté musulmane ou population immigrée dans laquelle s’engouffreront tous les irréfléchis  et xénophobes.

Le troisième risque est la baisse de la garde d’une Démocratie faible . La responsabilité des politiques est majeure. On ne peut plus entendre les deux poids deux mesures du discours officiel stigmatisant la religion chrétienne, berceau culturel de notre pays dont les valeurs de la République en sont issues. L’ingénuité et la naïveté des politiques face aux  tentatives pernicieuses ,silencieuses ,quotidiennes d’imposition de valeurs culturelles et religieuses d’un certain islam au sein de notre société, parfois couronnées de succès par l’ abandon politique (zone de non droits dans les banlieue, zone de trafic de drogues et d’armes, crèches,cantines,consultations hospitalière, piscines …) et la lâcheté républicaine.

Mourir pour des idées, même pas de mort lente .Nous sommes tous Charlie, nous sommes tous pour cette liberté d’expression qui tient une place encore plus particulière en France pays de la naissance des droits de ‘homme et qui est salutaire pour ne pas tomber dans les mailles d’une morale moralisante, d’une pensée unique quelle qu’elle soit.

Confucius